Irremplaçables lettres d’amour…

A quand remonte votre dernière lettre d’amour, offerte à l’être aimé ?

 juliette-drouet-victor-hugo_1196847265

Ce 7 mars 1833, une jeune femme, Juliette Drouet, recevait un billet d’un homme rencontré quelques mois plus tôt :

“Je vous aime, mon pauvre ange, vous le savez bien, et pourtant vous voulez que je vous l’écrive. Vous avez raison. Il faut s’aimer, et puis il faut se le dire, et puis il faut se l’écrire…”

Victor Hugo

Durant un demi-siècle, ils se sont envoyé pas moins de 23 650 lettres!

Ils se sont rencontrés sur la scène du théâtre de la porte Saint-Martin. Hugo, jaloux, lui demande d’abandonner le théâtre. Par amour, elle accepte, mais elle s’ennuie.  « Ecris-moi, lui dit-il, écris-moi tout ce qui te trottera par la tête, tout ce qui te fera battre le cœur. ».

Telle est l’origine de la merveilleuse correspondance que Juliette et Victor nous ont laissée en héritage de leur amour.

Cinquante ans plus tard, Juliette ferma les yeux pour toujours, et Victor son encrier.

A votre tour, retrouvez le plaisir d’envoyer quelques mots enflammés ou tendres à votre aimé(e) , avec de jolies cartes d’amour de la boutique :

Pour en savoir plus sur la correspondance entre Juliette et Victor, c’est ici.

Publicités

6 réflexions sur “Irremplaçables lettres d’amour…

  1. C’est tellement bon d’écrire ..Dérouler les mots sur une jolie carte, c’est comme écrire avec son doigt « je t’aime » sur le sable blond d’une jolie plage…Le bonheur, c’est qu’il n’y a alors aucune vague pour venir effacer l’encre…

  2. ici Pierrot, vagabond poète du Québec

    Bravo pour ce très beau blogue sur les lettres d’amour

    Dans le cadre de mon vagabondage poétique
    blogues-musée pertinents mais aléatoires
    pour mon oeuvre littéraire
    pertinente mais aléatoire,

    permettez-moi de vous offrir
    une de mes chansons
    écrite sur le même thème

    LETTRE D’AMOUR

    couplet 1

    De la première grande guerre mondiale
    restent des belles lettres d’amour
    de soldats qui ont eu mal

    sous l’écriture
    malgré la censure

    on peut encore entendre
    du fond du fond d’leur ventre
    leurs je t’aime quand il vente

    couplet 2

    de la deuxième grande guerre mondiale
    des millions de lettres d’amour
    de soldats qui ont eu mal

    taisant le bruit des bombes
    comme la peur des tombes

    pour que les mains d’une fille
    avec des yeux qui brillent
    rêvent d’une future famille

    couplet 3

    ma vie ressemble à la prochaine guerre mondiale
    dans de vieux courriels mes amours
    bombes artisanales

    sous l’écriture
    une douzaine d’aventures

    on peut encore entendre
    du fond du fond d’mon ventre
    mes je t’aime quand il vente

    pour que les mains d’une fille
    avec des yeux qui brillent
    me r’bâtissent une famille

    Pierrot
    vagabond céleste

    http://www.enracontantpierrot.blogspot.com
    http://www.reveursequitables.com

    http://www.demers.qc.ca
    chansons de pierrot
    paroles et musique

    sur google,
    simon Gauthier conteur, video vagabond celeste

    • Monsieur Gauthier,

      Je vous remercie pour cette jolie lettre. Je vous connais! Nous nous sommes rencontrés lors d’une balade contée à vélo, le printemps dernier vers Rochefort, en Charente-Maritime. J’avais adoré vos histoires, notamment celle de Joe Bezoe, et votre jeu de scie musicale. (Le monde est décidément incroyablement petit!)
      Bienvenue sur ce blog, à bientôt!

  3. wowwwwww
    c’est Pierrot qui vous écrit
    je connais aussi Simon
    alors nous sommes tous les deux
    des privilégiés:)))

    courriel de Simon Gauthier
    du 3 avril 2013
    le lendemain de son spectacle
    LE VAGABOND CELESTE
    à la maison de la culture
    cote des neiges, montreal

    Salut Pierrot,

    Tu dormais mon cher,
    sur ta paillasse
    hier au soir
    tu dormais sur la plancher
    de ton ami chansonnier

    tu dors dans les draps de ton doctorat

    pendant que je conte
    l’histoire de cet homme vagabond
    de cet écho de ta vie
    de cet inspirant récit
    d’un homme voyageur
    vêtu de lumière

    Pendant que le vagabond céleste marche
    parmi les étoiles
    tu peux dormir mon ami
    tu peux dormir

    dans l’esprit des gens
    réunis,
    tinte tinte les clefs
    tinte
    tinte
    le rêve
    Le vagabond céleste
    habille de chaleur

    le corps désir de ceux qui rêvent et de ceux qui pleurent
    ceux qui rêvent et de ceux qui pleurent

    Bonne journée Pierrot

    Simon

    ——

    réponse de Pierrot

    Cher Simon

    Oui, hier soir, je dormais avec, dans mes bras, la biographie de Cervantes
    de Jean Canavaggio. Ce Cervantes qui a écrit Don Quichotte à 53 ans alors qu’il était en prison et qu’il lui manquait un bras.Qui aujourd’hui ferait confiance à un homme de 53 ans en prison à qui il manque un bras?:))))) Seul un impossible rêve permet un tel surgissement d’impossible réalité.

    On m’a rapporté l’immense délicatesse artistique avec laquelle tu redonnes
    espoir à ceux et celles qui écoutent le conteur-poète de la Côte nord.Autant Mon ami Woodart que mon compère de bibliothèque Raymond le philosophe ont été invités par ta passion de passeur de rêves à naviguer vers leur rêve personnel. Tu as fait de ma démarche un conte post-moderne qui risque d’enflammer les humains comme des lampadaires. Tu es vraiment devenu un allumeur de coeurs-réverbères. Woodart a été plus qu’épaté. Lui qui me connait à l’usure depuis 40 ans, il a noté ta force à coudre des tableaux de mots par de la lumière de rêve dans laquelle il a reconnu ta signature d’une très grande maturité créatrice.

    Une vie d’artiste, c’est une longue marche
    et je te vois enjamber des continents
    un flambeau à la main.

    Mes 64 ans bien au calme
    dans leurs bottines
    qui se préparent à repartir le 15 juin
    saouls de liberté, te souhaitent

    Bonne route internationale camarade, car,
    comme Félix, un jour, le succès t’attendra
    ici au Québec à un de tes retours d’Europe.

    Pierrot

  4. Pingback: ♡ Vivent les mariés! ♡ | Plumetis Joli - le blog

Ecrivez un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s